lienlien
↓ Scénarios libres ↓

Jin James Fujita/Barnes
clic


Fils de Miyuki Fujita et James Barnes.
L'avatar est négociable.
Il a 5 liens actifs dont 3 admins

Alexander Rabinovitch
clic


Un lycan alpha qui vient d'arriver.
L'avatar est négociable.
Il a 5 liens actifs dont 1 admins et 1 membre


Jaeden Piers
clic


Amant de chris et medecin.
L'avatar n'est pas négociable.
il a 5 liens, 1 admin et 1 membre

Skurge Hans Grubervelt.
clic


Allié et amour à sens unique pour amora Rivalité pour cesare
Avatar Négociable.
Il a 2 liens actifs.


Khaley Rhyddson
clic


Futur love de Aleksandrya
Avatar Négociable
1 lien actif avec une admins

NOM Prénom
clic


...




 
MWH te dit bonjour Invité , tu as 64 messages à ce jour, merci à toi d’être sur le forum ♥
Marvel War Heroes a 19 membres, merci à vous ♥️
Bienvenue à Anthony E. Stark notre dernier membre inscrit
sur Marvel War Heroes. Bonne chance pour ta fiche :)
Vous trouverez les scenarios et PV's ici il vous donne 50$ cadeau.
MWH a rouvert le 26/06/2016 et 19 membres pour 3743 messages, merci à vous ♥️

Encore et toujours des limites [Amora Incantare]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 ::  :: Anciens RP's
MessageSujet: Encore et toujours des limites [Amora Incantare] Dim 2 Oct - 12:31
Misanthrope avéré, Killgrave haïssait les environnements bondés et la foule, tous ces lieux où on le forçait à entrer en contact fréquents et réguliers avec la masse grouillante et insupportable des gens normaux. À ces yeux, toute cette troupe se composait d'imbéciles, crasseux, violents, incapables... Aussi se rendre dans un nightclub un samedi soir, à un horaire d'affluence (deux heures du matin) lui était-il plus que pénible... D'autant que ledit nightclub se trouvait à New York, ville qu'il s'était juré d'éviter, le temps de trouver une solution au problème que lui posait Jessica Jones. Or, ironiquement, c'était justement pour mettre la main sur une hypothétique solution qu'il s'infligeait le supplice d'être au sein du Circle.

L'établissement occupait un emplacement idéal : en plein Manhattan, logé tout près de Time Square, entre Broadway et Bryant Park. Doté d'une surface gargantuesque, le Circle évoquait une grosse boite noire, enfumée, éclairée aux néons et illuminée de flashs intermittents, sur fond de musique décérébrante. Killgrave se sentit nauséeux et migraineux moins de trente secondes après avoir franchi le seuil du nightclub, et reporta sa frustration sur quiconque croisait son chemin. Il envoya le videur qui prétendit le fouiller boire l'eau de la cuvette des toilettes (des femmes), exigea d'une centaine de clients agaçants qu'ils retournent dormir chez eux, et chassa un important groupe de VIP de leur loge uniquement pour pouvoir s'installer seul dans l'une des rares alcôves modérément insonorisées du club. Le chiffre d'affaire de cette soirée serait sinistrement bas, pour les propriétaires du club, chose qui importait autant à l'Homme Pourpre que le bien-être des bulots sur la côte de Woolacombe. Renfrogné et à cran de se retrouver si près de Jessica Jones, il ne tint pas en place, lorgnant de tous côtés sur le panorama qu'une vitre lui offrait. Chaque loge VIP bénéficiait d'une ample verrière filtrant la musique, afin de rester libre de profiter des déhanchés des unes et des autres, avec une musique audible mais supportable, et luxe de pouvoir consommer assis des boissons hors de prix.

Quincy McIver ne serait sans doute pas trop difficile à repérer, de ce qu'en savait le britannique. Un américain dégarni, glabre, musclé, avec un tatouage de serpent bien visible sur le biceps, et l'air d'être chez lui dans le nightclub... Killgrave avait déjà eu plus vague et imprécis, comme portrait. Son problème principal résidait dans les horaires nébuleux du criminel de Manhattan, qui ne venait jamais au Circle à une période précise. Si encore, le trentenaire avait été irlandais, il aurait pu compter sur sa chance... Mais avec son infortune habituelle, le snob en costume violet se voyait déjà perdre des heures de son temps précieux à attendre McIver. Tout ça, en subissant le spectacle navrant d'une foule décérébrée en transe, l'agitation colorée de tubes néons dans la pénombre, et un vomi musical menaçant de lui remplir les oreilles. Évidemment, il aurait pu ordonner à tout le monde de rester silencieux et immobile pour ménager ses nerfs, mais pareil atmosphère aurait immédiatement alerté sa cible. De plus, un usage aussi voyant de ses pouvoirs risquaient de laisser une piste aisée à remonter, pour une certaine détective privée de sa connaissance. La soirée promettait d'être longue, passablement ennuyeuse, et relativement dommageable pour l'humeur du manipulateur. Pour se consoler, il fouilla la foule, cet abondant vivier où évoluaient toutes sortes de prises, dans l'espoir illusoire d'y dénicher la perle rare. Quitte à s'ennuyer, autant le faire en agréable compagnie ; et quand il suffisait d'exiger pour avoir, pourquoi se priver bêtement d'un agrément si doux ?

Hélas pour lui, depuis Jessica, Killgrave n'avait plus ressenti de réelle attirance pour la moindre représentante du beau sexe ; tous semblaient insipides, unidimensionnelles, comparées à sa belle indomptable aux iris d'améthyste. Convaincu de ressortir bredouille de sa pêche observatrice, le britannique manqua de trébucher en apercevant une sculpturale blonde, accoudée au bar, dans l'attente d'être servie. Il émanait de cette femme un aura, peut-être dû à l'attrait seul de son physique ou de sa tenue, mais certainement davantage à autre chose, cette subtile différence qui distinguait le commun des mortels d'une élite à laquelle estimait appartenir l'Homme Pourpre. Conquis par l'allure magnétique de cette sublime créature, l'homme portant uniquement des nuances de violet délaissa la quiétude de sa loge pour fondre sur sa future galante compagne de divertissement.

Un jeune trader (s'il fallait se fier à son costume, et à ses déclarations) orbitait déjà autour de la jeune femme, offrant de lui payer son Honey Bee tout en mentionnant négligemment les profits astronomiques qu'il engrangeait chaque semaine. Rendu acariâtre par tout ce qu'il subissait depuis une demie-heure, Killgrave ne s'embarrassa pas de subtilité. Sa main écrasa l'épaule du vantard, à qui il décréta :

Vas donc dépenser tout ce fric dans l'alcool que tu détestes le plus, et ingurgites-en autant de litres que tu pourras avant de t'évanouir. Now!. Ajouta l'anglais, pour s'assurer qu'il serait obéi dans l'instant.

Dévorant la déesse aux yeux verts de son regard marron, le super-vilain se passa subrepticement une langue frémissante sur les lèvres, avant de pointer son index sur l'inconnue.

You, tu es totalement fascinée par moi. À partir de maintenant, je suis le seul homme que tu aimes, que tu aies jamais aimé. Suis-moi. Décréta-t-il, tournant déjà les talons pour retourner vers sa loge.
avatar
Indépendant
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 21/09/2016
Messages : 21
Dollars : 107
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Encore et toujours des limites [Amora Incantare] Sam 19 Nov - 13:30


Amora & Killgrave
L'ennuie est une drôle de bête, un mal viscérale qui touche souvent les êtres immortels (ou presque). La solitude l'accompagne souvent et c'est d'ailleurs à cause d'elle que je suis lassée. Depuis des semaines je sors tous les soirs pour trouver quelqu'un pour me ramener mon Skurge mais la seule personnage pouvant m'aider que j'ai trouvé, est Césare un Dieu Asgardien avec lequel j'ai un passé assez étroit. Je m'étends de tout mon long sur mon lit, vêtue d'une simple robe fine et légère composé d'un bustier et d'un jupon vert dont les fines bordure étaient en dentelle noire. En dessous de cette robe, j'ai glissé des bas noir laissant voir ma fine peau blanche dont la dentelle étaient verte, ces derniers sont suspendus à un porte jarretelle vert on ne peut plus simple. Césare est encore en vie et il hante mes pensées. Pourquoi ? Pourquoi est-il toujours là après toutes ces années à essayer de l'oublier ? Je soupire et m'assieds afin d'enfiler mes escarpins. Je dois retourner chercher des informations pour retrouver Skurge et j'espère que cette fois, le Dieu Asgardien à la libido débordante ne sera pas là. Pourtant, même avec cet espoir au fond de moi, je retourne tout de même à mon club favori. C'est un endroit un peu phosphorescent ou la moindre couleur ressors fluorescente grâce aux lampes à lumière noire qui éclaire la pièce. J'aime bien cette ambiance coloré qui mets en valeur le vert de mes yeux. Je n'ai pas de soucis pour arriver jusqu'au bar et me commander un Honey Bee, mon cocktail terrien favori. Servis dans un charmant verre à martini ce mélange à base de rhum blanc, de sirop de miel et de jus de citron est le cocktail parfait pour la reine des abeilles que je suis. Je lance plusieurs sourires aux nombreux hommes qui ont leurs regards braqués sur moi et sur ma beauté. Un charmant jeune homme vient s'installer à côtés de moi et commence à me parler (il était temps!) et je vois à son odeur qu'il a un peu trop bu. C'est parfait, je vais pouvoir lui poser autant de question que je le souhaite sans qu'il ne s'en souvienne. Je commence mon numéro de charme en jouant avec une mèche de cheveux et en humidifiant mes lèvres. J'ai l'impression que ma beauté est d'autant plus visible au milieu de ces pauvres gens et j'espère bien que ma future victime l'a remarqué. Mais malheureusement, un jeune homme habillé uniquement de pourpre (et fortement classieux) vint contre-dire mes plans. Il interpelle ma victime et la fait fuir. Mes lèvres dessinent une moue sous la contradiction mais je ne dit rien préférant faire semblant de ne pas être touchée. L'homme pourpre me pointa du doigt et me donna un ordre.

❛❛- You, tu es totalement fascinée par moi. À partir de maintenant, je suis le seul homme que tu aimes, que tu aies jamais aimé. Suis-moi. ❜❜

Je me mets à rire. Qui était-il pour se permettre de donner des ordres à l'Enchantress ? Vexée ? Légèrement. Je n'aime pas que l'on me sous-estime et je compte bien lui faire payer cet affront. Je lui lance un grand sourire cruel avant de me lever, mon verre à la main et de lui dire froidement.

❛❛- Tes pouvoir ne marchent pas sur moi mortel. Par contre laisse moi te montrer ce que je sais faire.❜❜

M'approchant légèrement de lui, je fais en sorte que son attention soit concentrer essentiellement sur moi. Mes yeux deviennent encore plus fluorescant, mais sont camouflés grâce à la lumière du club. Je m'approche de plus en plus, tel un serpent prés à dévorer sa proie. Une fois arrivé à sa hauteur, je lui murmure à l'oreille des mots devant faire de l'effet à n'importe quel homme. Je veux qu'il soit sous mon contrôle et j'y arriverai.

❛❛- Maintenant, dis moi si tu sais quelque chose à propos de mutant se prenant pour des justiciers.❜❜

Libérer Surge est mon objectif principal et il doit le rester. Peut-être vais-je faire un grand pas en avant grâce à cet homme tout de violet vêtu. Peut-être bien que le contraire ce produira, mais au moins je lui aurais fait payer sa tentative de manipulation sur ma douce personne.
code (c) crackle bones



Spoiler:
 

_________________
Will you still love me

When I'm no longer young and beautiful?



Invité, je m'exprime et t’envoûte en #008000
avatar

Secret
Secrets:
Asgard
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 09/08/2016
Messages : 53
Dollars : 64
Localisation : Juste derrière toi
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Encore et toujours des limites [Amora Incantare] Ven 25 Nov - 17:14
L'éclat de rire aurait dû le mettre sur la piste, lui souffler que quelque-chose n'allait pas... Mais Zebediah avait déjà vu des femmes réagir plus bizarrement à ses ordres. Certaines se montraient trop entreprenantes, d'autres devenaient plus inexpressives que des robots ; était-ce donc surprenant que cette beauté blonde se mette à rire spontanément ? Killgrave se préparait à lui intimer de presser le mouvement lorsqu'un sourire inquiétant fleurit sur les lèvres de cette mystérieuse cliente amatrice de vert. Le rictus était apparu trop naturellement, et sans avoir été commandé par l'Homme Pourpre, qui sentit sa nuque se glacer aussitôt. Tel un lièvre fasciné par les phares de la voiture qui ne tarderait pas à l'écraser, le britannique ne bougea pas lorsque sa proie aux yeux captivants glissa hors de son siège, pour venir à son oreille.

Cette femme n'était pas humaine, et aurait certainement rattrapé en deux enjambés le trentenaire, si ce dernier avait fait mine de vouloir s'enfuir. Paralysé par la terreur, Killgrave ne put qu'écouter la voix enchanteresse de cette créature aimantant vers elle tous les regards... Et sentir fondre toute réserve. Oubliée, la nécessité de faire profil bas, d'éviter de se faire remarquer ; envolés, son mépris pour le reste de l'Humanité et sa misanthropie latente. Une déesse venait de lui poser une question, et son cerveau n'envisagea pas une seconde de la laisser sans réponse. Même sa précédente âme sœur ne lui faisait pas autant d'effet, ce qui acheva de convaincre le britannique qu'il se tenait face à la féminité incarnée... Et de le terroriser. Une partie de son esprit viscéralement accrochée à son libre arbitre hurla, alors qu'on cherchait violemment à la museler, et un sourire amer tira sur les commissures des lèvres de Zebediah. Sa bataille intérieure pour ignorer la question de la blonde était perdue d'avance, ce qui n’enrageait ; tout du moins ne s'était-il pas encore ridiculisé en se comportant comme un admirateur béat face à cette non-humaine. Une maigre consolation, qui poussa le britannique à se montrer opiniâtre dans son refus de coopérer.

Oui. J'en connais quelques-uns... Tenta l'anglais pour commencer, en jetant un regard furieux à son interlocutrice.

De sa propre expérience, l'Homme Pourpre savait que la compulsion à répondre ne le lâcherait pas. Les yeux verts réclamaient une information, et sa bouche finirait par céder. En revanche, son besoin vital d'obéir à l'ordre qu'on venait de lui donner pouvait être satisfait du minimum. En dispensant ses réponses au compte-goutte, Killgrave freinait autant que possible la récolte d'informations. Ce qui ne changerait rien, en fin de compte, mais permettait au super-vilain de se consoler un peu en se montrant d'une agaçante mesquinerie. Et dans un scénario idéal, la blonde pouvait toujours se lasser de devoir lui tirer les vers du nez.

Mais on parle des mutants au sens strict, ou de tout être doté de pouvoirs ? Parce que de nos jours, entre les mutants, les inhumains, les prodiges, les individus augmentés... Allez savoir quels justiciers entrent dans chaque catégorie... Et ne parlons pas des cas hybrides de mutants inhumains, ou de prodiges augmentés ! Déblatéra le trentenaire, volontairement agaçant et verbeux dans ses réponses, en s'efforçant d'oublier qu'il n'avait pas pu s'empêcher de demander des précisions.

Zebediah luttait de toutes ses forces pour éloigner son corps de cette femme, or ses muscles refusaient de bouger. À moins que ce ne fut sa faible volonté, la coupable ? Killgrave redoutait de voir apparaître Jessica Jones dans la boîte de nuit, aussi improbable que soit cette hypothèse. Il n'aspirait qu'à s'enfuir, retrouver la sécurité d'un environnement où il donnait les ordres, et où personne ne lui résistait. Alors pourquoi restait-il planté là, à attendre la suite ?
avatar
Indépendant
Voir le profil de l'utilisateur
Date d'inscription : 21/09/2016
Messages : 21
Dollars : 107
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Encore et toujours des limites [Amora Incantare]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Encore et toujours des limites [Amora Incantare]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi
» Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel War Heroes ::  :: Anciens RP's-
Sauter vers: